Stalles du côté Sud

Textes : père Arnaud Montoux et Jean-Paul Voilliot, avec la collaboration d’Hélène Brun
Photos : Jean-Paul Voilliot

Au nombre de 50, elles sont classées comme suit :

Ne sont présentées ici que les stalles (miséricordes) présentant un intérêt particulier :

2 : Prédication de saint Paul

Stalle sud n° 2

(cf. Actes des Apôtres 17, v. 1 à 4)

« Suivant son habitude, Paul entra chez eux * … Il discuta avec eux à partir des Écritures, dont il ouvrait le sens pour établir que le Christ devait souffrir et ressusciter d’entre les morts » (v. 2)

* les Juifs de la synagogue de Thessalonique

3 : Saint Paul enchaîné

Stalle sud n° 3

(cf. Actes des Apôtres, 21, v. 30 à 33)

« A la vue du commandant et des soldats, on cessa de frapper Paul. Alors, le commandant s’approcha, se saisit de lui et ordonna de l’attacher avec deux chaînes;… » (v. 32 et 33)

4 : Parabole du semeur

Stalle sud n° 4

(cf. Matthieu 13, v. 3 à 23)

«  Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. …  » ( v. 3 et 4)

5 : Prédication de saint Paul et Silas

Stalle sud n° 5

(cf. Actes des Apôtres 17, v. 10 à 12)

« …les frères firent partir de nuit vers Bérée Paul et Silas qui, dès leur arrivée, se rendirent à la synagogue des Juifs…. Ils accueillirent la Parole de tout leur cœur… » (v.10 et 11)

6 : Arrestation de Paul et Silas

Stalle sud n° 6

(cf. Actes des Apôtres 16, v. 22 à 25)

« Alors, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. … Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, … » (v. 22 et 23)

Sculpture endommagée

7 : Jésus à Gethsémani, « le mont des Oliviers »

Stalle sud n° 7

(cf. Luc 22, v. 39 à 46)

« Jésus sortit pour se rendre… au mont des Oliviers, et ses disciples le suivirent. … S’étant mis à genoux, il priait en disant :  » Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne » (v. 39 à 42)

8 : Adieux de saint Paul

Stalle sud n° 8

(cf. Actes des Apôtres 20, v. 36 à 38)

«  Quand Paul eut ainsi parlé, il s’agenouilla et pria avec eux tous. » (v. 36)

tête mutilée

10 : Saint Paul ressuscite Eutyque à Troas

Stalle sud n° 10

(cf. Actes des Apôtres 20, v. 7 à 12)

 « Paul descendit, se précipita sur lui et le prit dans ses bras en disant : « Ne vous agitez pas ainsi : le souffle de vie est en lui ! » … ensuite il s’en alla. Quant au garçon, on l’emmena bien vivant… » (v. 10 à 12)

Pour certains, cette miséricorde, aux visages mutilés, représenterait plutôt Jésus guérissant un malade.

11 : Prédication de Paul

Stalle n° 11

13 : Paul chasse un mauvais esprit d’une servante

Stalle sud n° 13

(cf. Actes des Apôtres 16, v. 16 à 18)

« … Voilà que vint…une jeune servante qui était possédée par un esprit de division…. Paul, excédé, se retourna et dit à l’esprit :  » Au nom de Jésus-Christ, je te l’ordonne : Sors !  » Et à l’instant même il sortit. » (v. 16 à 18)

14 : Saint Pierre délivré par un ange

Stalle sud n° 14

(cf. Actes des Apôtres 12, v. 6 à 11)

« … Pierre dormait, cette nuit-là, entre deux soldats ; … Et voici que survint l’ange du Seigneur et une lumière brilla dans la cellule. Il réveilla Pierre … et dit :  » Lève-toi vite. » Les chaînes lui tombèrent des mains. » (v. 6 et 7)

15 : Le Christ et la Samaritaine

Stalle sud n° 15

(Jean 4, v. 5 à 42)

«  Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit :  » Donne-moi à boire » … La Samaritaine lui dit :  » Comment ! Toi, un Juif, tu me demandes à boire, moi une Samaritaine ? » – En effet les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains.

Jésus lui répondit :  » Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : ˮDonne-moi à boire », c’est toi qui lui aurait demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. (v. 7 à 10)

17 : L’Ascension de Jésus

Stalle sud n° 17

(cf. Actes des Apôtres 1, v. 4 à 11)

«  Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. » (v. 9)

Remarquez les pieds du Christ qui s’élève dans la nuée et l’étonnement des Apôtres.

18 : Le baiser de Judas

Stalle sud n° 18

(cf. Luc 22, v. 47 à 53)

« Jésus lui dit : « Judas, c’est par un baiser que tu livres le Fils de l’homme ?  » » (v. 48)  

21 : Lapidation de saint Étienne

Stalle sud n° 21

(cf. Actes des Apôtres 7, v. 57 à 60)

«  … Tous ensemble, ils se précipitèrent sur lui, l’entraînèrent en dehors de la ville et se mirent à le lapider. …» (v. 57 à 58)

30 : La Transfiguration

Stalle sud n° 30

(cf. 9, Luc 9, v. 28 à 36)

« Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. » (v. 29)  

A gauche du Christ (au visage mutilé), Moïse portant les Tables de la Loi.

32 : La femme adultère

Stalle sud n° 32

(cf. Jean 8, v.2 à 11)

« Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère…Ils disent à Jésus : « Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » … Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. … « Va, et désormais ne pèche plus. » » (v. 3 à 11) 

33 : Guérison à la piscine de Bethzatha

Stalle sud n° 33

(cf. Jean 5, v. 2 à 9)

«  Or, à Jérusalem… il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha. … Il y avait là un homme qui était malade depuis trente huit ans. . Jésus, le voyant couché là, … lui dit : « Veux-tu être guéri ? » Le malade lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine… » Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton brancard, et marche. » Et aussitôt l’homme fut guéri et prit son brancard : il marchait ! » (v. 3 à 9)

34 : Résurrection de Lazare par Jésus

Stalle sud n° 34

(cf. Jean 11, v. 1 à 45)

«  Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit… »

(v. 43 et 44)

35 : Mort d’Ananie puis de sa femme

Stalle sud n° 35

(cf. Actes des Apôtres 5, v. 1 à 11)

« Aussitôt, elle tomba à ses pieds, et elle expira.. Les jeunes gens, qui rentraient, la trouvèrent morte, et ils l’emportèrent pour l’enterrer auprès de son mari. » (v. 10)

36 : La multiplication des pains

Stalle sud n° 36

(cf. Marc 6, v. 34 à 44 et Jean 6, v. 1 à 15)

«  Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et… il prononça la bénédiction et rompit les pains ; il les donnait aux disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. … Ils mangèrent tous et ils furent rassasiés…. Ceux qui avaient les pains étaient au nombre de cinq mille hommes. » (Marc 6, 41 à 44)

37 : Saint Paul mordu par une vipère à Malte

Stalle sud n° 37

(cf. Actes des Apôtres 28, v. 1 à 6)

« Or, comme Paul avait ramassé une brassée de bois mort et l’avait jetée dans le feu, la chaleur fit sortir une vipère qui s’est accrochée à sa main. … Or Paul a secoué la bête pour la faire tomber dans le feu, et il n’en n’a éprouvé aucun mal. » (v. 3 à 5) 

38 : Jésus marche sur les eaux

Stalle sud n° 38

(cf. Matthieu 14, v.22 à 33 et Jean 6, v. 16 à 21)

« Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. …Pris de peur, ils se mirent à crier. Mais aussitôt, Jésus leur parla : ‘ Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! ’ … Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit (Pierre) … » (Matthieu 14, v. 25 à 31)

39 : La Crucifixion

Stalle sud n° 39

(cf. Luc 23, v. 32 à 48)

«  Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), là ils crucifièrent Jésus, … . Alors, Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit cela, il expira. » (v. 33 et 46)

Sculpture très endommagée

40 : Diacre prêchant

Stalle sud n° 40

41 : Descente du Christ aux enfers

Stalle sud n° 41

(cf. le « Symbole des apôtres », profession de foi chrétienne, Jean 5, v.25 et Éphésiens 1, v. 5 à 10 – 4, v. 9)

– Symbole des Apôtres : « Je crois en Dieu le Père tout-puissant… et en Jésus Christ, son Fils unique ; … qui a été crucifié, est mort et a été enseveli, EST DESCENDU AUX ENFERS, le troisième jour est ressuscité des morts… »
L’idée principale de cette affirmation de foi est que Jésus est venu pour tous et qu’il n’a pas abandonné à la mort (les enfers désignent le séjour des morts) ceux qui ont précédé sa venue (père Arnaud Montoux)

– Jean 5, v.25 : « Amen, amen, je vous le dis : l’heure vient – et c’est maintenant – où les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront. »

– Éphésiens 4, v. 9 : « Que veut dire : Il est monté ? – Cela veut dire qu’il était d’abord descendu dans les régions inférieures de la terre.

– Éphésiens 1, v. 9 et 10 : «Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté… : pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre. » 

42 : Lettre de Lysias à Césarée

Stalle sud n° 42

(cf. Actes des Apôtres 23, v. 23 à 30)

« Claudius Lysias, au Très excellent Félix, gouverneur, salut. L’homme que voici, dont les Juifs se sont emparés, allait être supprimé par eux. Je suis alors intervenu avec la troupe pour le soustraire au danger… À leur arrivée à Césarée, après avoir remis la lettre au gouverneur, ils lui présentèrent Paul. … » (v. 26, 27 et 33)

43 : Guérison par saint Pierre
de l’infirme de la « Belle-Porte »

Stalle sud n° 43

(cf. Acte des Apôtres 3, v. 1 à 10)

«  On y amenait alors un homme, infirme de naissance, que l’on installait à la porte du Temple, appelée Belle-Porte…Pierre déclara : « De l’argent et de l’or, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche. » … D’un bond, il fut debout et il marchait. » (v. 2 à 8)

Stalles du côté Nord

Textes : père Arnaud Montoux et Jean-Paul Voilliot, avec la collaboration d’Hélène Brun
Photos : Jean-Paul Voilliot

Au nombre de 49, elles sont classées comme suit :

Ne sont présentées ici que les stalles (miséricordes) présentant un intérêt particulier :

1 et 21 : l’Annonciation

Stalle nord n° 1
Salle nord n° 21 (mutilée)

(cf. Luc 1, v. 26 à 37)  «…L’ange Gabriel * fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordé, en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. *
L’ange entra chez elle, et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. … Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus…. » »  (v. 26 à 31)

* L’ange Gabriel est à gauche et Marie à droite, agenouillée

4 : présentation de Jésus au Temple

Stalle nord n° 4

(cf. Luc 2, v. 21 à 32)

 «  Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur… Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon…. Sous l’action de l’Esprit, Syméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus … Syméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu… » (v. 22 à 28)

Pour certains, cette miséricorde, aux têtes mutilées,  représenterait plutôt la circoncision de Jésus mais plusieurs arguments plaident en faveur de la « présentation au Temple ».

5 : le massacre des Innocents

Stalle nord n° 5

(cf. Matthieu 2, v. 16 à18)

«  Alors Hérode, voyant que les mages s’étaient moqués de lui, entra dans une violente fureur. Il envoya tuer tous les enfants jusqu’à l’âge de deux ans à Bethléem et dans toute la région. » (v. 16)

6: la fuite en Égypte

Stalle nord n° 6

(cf. Matthieu 2, v. 13 à 15)

« Joseph se leva ; dans la nuit, il prit l’enfant et sa mère, et se retira en Egypte » (v. 14)

Visages mutilés




7 : le retour du fils prodigue

Stalle nord n° 7

(cf. Luc, 15, v.11 à 32)

«  Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. » (v. 20)


8 : le baptême du Christ

Stalle nord n° 8

(cf. Marc 1, v. 9 à 11 et Matthieu 3, v. 13 à 17)

«  En ces jours-là, Jésus vint de Nazareth, ville de Galilée, et il fut baptisé par Jean dans le Jourdain. » (Marc 1, v. 9) Jean, à gauche, baptise Jésus, au centre bras en croix (tête mutilée).

9 : vision de saint Pierre

Stalle nord n° 9

(cf. Actes des Apôtres 10, v. 9 à 16)

«  … Pierre monta sur la terrasse …pour prier. …il tomba en extase. Il contemplait le ciel ouvert et un objet qui en descendait : on aurait dit une grande toile …qui se posait sur la terre. Il y avait dedans tous les quadrupèdes, tous les reptiles de la terre et tous les oiseaux du ciel. » (v. 9 à 12)

10 et 48 : saint Pierre baptise Corneille

Stalle nord n° 10
Stalle nord n° 48

(cf. Actes des Apôtres 10, v. 46 à 48)

«  … Pierre dit alors : « Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ces gens qui ont reçu l’Esprit Saint tout comme nous ? » Et il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus-Christ. »

11 : saint Pierre quitte Simon le magicien

Stalle nord n° 11

(cf. Actes des Apôtres 8, v. 9 à 25)

« Priez vous-mêmes pour moi le Seigneur, afin que rien n’arrive de ce que vous m’avez dit. » (v. 22)




13 : Jésus et les docteurs de la Loi

Stalle nord n° 13

(cf. Luc 2, v. 41 à 50)

« C’est au bout de trois jours qu’ils le * trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs de la Loi ; il les écoutait et leur posait des questions, et tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur son intelligence et sur ses réponses » (v. 46 et 47)

* Jésus, au centre de la sculpture

18 et 45: la Pentecôte

Stalle nord n° 18
Stalle nord n° 45

(cf. Actes des Apôtres 1 v.14 et 2, v. 1 à 33)

« Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères » (1, v.14) *

« Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent … Alors leur apparurent des langues de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint… » (2, v. 1 à 4)

* Marie figure au centre de cette représentation

31 : la Cène

Stalle nord n° 31

(cf. Luc 22, v. 7 à 20)

« Puis, ayant pris du pain et rendu grâce, il le rompit et leur donna, en disant : « Ceci est mon corps, donné pour vous. Faites cela en mémoire de moi » » (v. 19)

33 : Jésus et la veuve de Naïm

Stalle nord n° 33

(cf. Luc 7, v. 11 à 15)

« … Il arriva près de la porte de la ville * au moment où l’on emportait un mort pour l’enterrer … sa mère était veuve. …le Seigneur fut pris de compassion pour elle et lui dit : « Ne pleure pas. » Il…toucha le cercueil, …et dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, lève-toi. » Alors le mort se redressa et se mit à parler. » (v. 12 à 15) 

* Ville nommée Naïm

34 : le Christ chasse les marchands du Temple

Stalle nord n° 4

(cf. Jean 2, v. 13 à 22) *

« … Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. …Il les chassa tous du Temple, … »

(v. 13 à 15)

* Scène endommagée : Jésus au centre, les marchands de part et d’autre

35 : entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, les « Rameaux »

Stalle nord n° 35

(cf. Matthieu  21, v. 1 à 11 et Jean 12, v. 12 à 16)

« Ils amenèrent l’ânesse et son petit, disposèrent sur eux leurs manteaux, et Jésus s’assit dessus. Dans la foule, la plupart étendirent leurs manteaux sur le chemin ; d’autres coupaient des branches aux arbres et en jonchaient la route » (Matthieu 21, v. 7 et 8)

Têtes mutilées

37 : la tentation de Jésus au désert

Stalle nord n° 37

(cf. Matthieu 4, v. 1 à 11)

« Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple et lui dit : ‘ Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas…  Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu »» (v. 5 à 7)

38 : la résurrection du Christ

Stalle nord n° 38

(cf. Luc 24, v. 1 à 12)

«  … les femmes se rendirent au tombeau… Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté… Elles entrèrent mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus…. Voici que deux hommes  se tinrent devant elles, … Ils leur dirent :  » Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici, il est ressuscité. » » (v. 1 à 6)

Le Christ est ici représenté debout sur le tombeau ce qui ne correspond pas aux récits des Évangiles.

39 : la chute d’Eutyque

Stalle nord n° 39

(Cf Actes, chapitre 20, v. 9 à 12)

« Un jeune garçon nommé Eutyque, assis sur le rebord de la fenêtre, fut gagné par un profond sommeil tandis que Paul prolongeait l’entretien ; pris par le sommeil, il tomba du troisième étage et, quand on le souleva, il était mort.
Paul descendit, se précipita sur lui et le prit dans ses bras en disant : « Ne vous agitez pas ainsi : le souffle de vie est en lui ! »
Il remonta, rompit le pain et mangea ; puis il conversa avec eux assez longtemps, jusqu’à l’aube ; ensuite il s’en alla.
Quant au garçon, on l’emmena bien vivant, et ce fut un immense réconfort »




Les autres miséricordes ne représentent pas de scènes bibliques identifiées :

Stalle nord n° 2
Masque
Stalle nord n° 3
Scribe lisant la Parole

Stalle nord n° 12
Scène non identifiée…
Stalle nord n° 14
Décor végétal

Stalle nord n° 15
Angelot
Stalle nord n° 16
Décor végétal
Stalle nord n° 17
Angelots
Stalle nord n° 19
Masque

Stalle nord n° 20
Masque
Stalle nord n° 22
Visage

Stalle nord n° 24
Masque
Les stalles nord n° 25 à 29 n’ont aucune représentation

Stalle nord n° 30
Décor végétal
Stalle nord n° 36
Décor végétal

Stalle nord n° 41
Masque
Stalle nord n° 42
Angelot

Stalle nord n° 43
Angelot
Stalle nord n° 44
Masque

Stalle nord n° 46
Masque
Stalle nord n° 47
Angelot

Stalle nord n° 49
Décor végétal

Orgues : Aspects techniques

Par Jean-Michel LASSAUGE
Photos de Florent DENIEUIL et Jean-Michel LASSAUGE

Le rendu sonore est servi par une fine traction mécanique. L’orgue étant placé assez bas avec des plans sonores bien distincts, il a fait ainsi dire à certains interprètes qu’il est un des rares instruments de cathédrale sur lequel on peut jouer des sonates en trio de J. S. Bach avec l’exigence de toucher que cela requiert.

Voix humaine

Du point de vue technique, les mécanismes de transmission des notes présentent la particularité d’être constitués de matériaux modernes comme des dérivés d’aluminium et la fibre de carbone. Matériaux choisis pour leurs qualités et leurs faibles coefficients de dilatation et de frottement, garantissant une grande précision du toucher et une légèreté de jeu pour un tel orgue (4 claviers jouables accouplés). A l’époque ce fut le premier instrument à posséder des vergettes (fils de liaisons mécaniques) en fibre de carbone.

Afin de rendre les trajets mécaniques les plus directs possible, une contrainte c’est imposé au facteur d’orgue, celle de disposer la console des claviers parallèlement aux sommiers [1], le conduisant à placer cette dernière d’une façon quelque peu originale : à l’intérieur de l’orgue. Cependant pratique et confortablement réalisée, elle comporte un retour-son haute-fidélité réglable à volonté, qui permet d’entendre très bien l’instrument en plus de sa perception directe,  et un écran vidéo permet de voir l’espace Liturgique.

Boîte expressive

La partie électronique de l’instrument concerne le « combinateur » qui permet à l’organiste de mémoriser ses choix de couleurs sonores et leur changement rapide lors de l’interprétation des œuvres.

Depuis 1986, au travers des offices, des nombreux concerts, des enregistrements de disques par des interprètes français et internationaux, cet instrument à fait sonner un répertoire étendu et multiforme, depuis les estampies de 1325 jusqu’à des œuvres contemporaines dont certaines furent crées en ce lieu, voire composées pour cet instrument.


[1] Sommiers : Organe technique complexe qui distribue le vent sous chacun des milliers de tuyaux qui y sont disposés.


Ci-après diverses photos des « entrailles » de l’orgue, prises par Florent DENIEUIL ou Jean-Michel LASSAUGE

Les jeux de « Chamade »

Par Jean-Michel LASSAUGE
Photo de Florent DENIEUIL

Ce qui frappe le visiteur qui regarde le buffet d’orgue depuis la nef c’est la splendide batterie de jeux en « chamades » disposées à l’horizontale (pratique qui remonte au 18ème siècle en Espagne et qui fut introduite en France au 19ème siècle, comme à Saint-Sulpice de Paris ou Saint-Ouen de Rouen). Ici, Dominique Oberthur innove encore en présentant cette batterie sous une forme sonore très complète, riche de Trompettes de 16’, 8’ et 4’ (grave, medium, aigu) auxquelles s’ajoute un 4ème rang sonnant à la Quinte pour former un lumineux « Plein-jeu de Chamades » comme il le dit lui-même.

Jeux de chamade (Clavier de Grand Chœur)

Orgues : historique de l’instrument

Par Jean-Michel LASSAUGE

Depuis au moins le XIVème siècle la cathédrale fut dotée d’un orgue et en 1499 fut nommé le premier organiste dont on connait le nom : Chrestien Maillard.

Plusieurs instruments se sont succédé en différents endroits de la cathédrale (nef, bas-côtés) sans qu’il soit vraiment possible d’affirmer avec précision leur emplacement. Remaniés, reconstruits, ces instruments ont évolué avec les progrès de la facture d’orgue. Ainsi passe-t-on d’un orgue « médiéval », probablement du type blokwerk (sans registres et faisant entendre une sorte de grand plein-jeu), à un instrument à registres séparés et à plusieurs claviers, type franco-flamand puis classique français à partir des années 1650.

En l’église de Toucy (Yonne), on trouve actuellement les restes de l’ancien instrument de la cathédrale, dont le Positif (partie avancée de l’instrument) qui fut construit en 1591 comme l’indiquent les armes sculptées de Monseigneur Amyot, évêque d’Auxerre. 

En 1768, le facteur parisien L’Epine (esthétique postclassique qui correspond aux compositeurs tels les Daquin, Beauvarlet-Charpentier, Corrette ou Balbastre) remanie le buffet et refait le jeu de « Montre » (tuyaux de façade). Quelques réparations et modifications ont lieu en 1823 par Gadault de Paris puis par le facteur N.A. Lété, de Mirecourt, en 1840. (Nicolas-Antoine Lété, 1793-1872, est le facteur du très apprécié orgue de Nantua).

En 1901 l’instrument était dans un état critique et il fut décidé de le remplacer par un grand orgue de 47 jeux. Le facteur belge Annessens, à qui est revenue la tâche de construire le nouvel orgue, se chargea aussi du déplacement de l’ancien orgue vers l’église de Toucy où on peut le voir aujourd’hui.

Le grand orgue Annessens était situé à l’emplacement de l’instrument actuel. D’esthétique sonore symphonique, il comprenait 3 claviers et pédalier avec une transmission pneumatique tubulaire, dans un buffet de style néogothique dessiné par l’architecte des beaux-arts Boewiswald. C’est l’instrument que connurent entre autres les titulaires Paul Berthier (1884-1953), Jacques Berthier (1923-1994) Jean-Jacques Laubry (1916-2001).

En 1973 il est question de reconstruire le grand orgue et Dominique Oberthur, facteur d’orgues à Saintes, se voit confié ce grand projet en 1979. Dans un premier temps le nouvel instrument est envisagé au-dessus du grand portail d’entrée, sous la grande rosace. Pour des raisons techniques et la nécessité de construire une tribune il fut finalement décidé de le construire à l’emplacement de l’ancien, dans une des chapelles côté sud de la nef, proche du chœur. 


Les organistes de 1884 à nos jours

  • On connait Jacques Berthier, compositeur d’œuvres pour orgue et de nombreux chants liturgiques.
  • Paul Berthier, son père, fut un disciple du compositeur Vincent d’Indy à la Scola Cantorum de Paris. Il fut aussi, après des études de droit, l’auteur d’une thèse sur « la protection légale du compositeur de musique ». Enfin on lui doit un ouvrage passionnant : « l’art et la vie de Jean-Philippe RAMEAU ».
  • Ancien élève d’Henri Busser, professeur d’écriture au conservatoire de Paris, Jean-Jacques Laubry fut lui aussi compositeur, auteur de quelques 119 opus, pour orchestre, pour divers instruments, et d’un concerto pour orgue et orchestre.
  • Jean-Michel Lassauge  depuis 1995 à nos jours
Ancien orgue Anneessens de la cathédrale, qui sera remplacé au même endroit par l’orgue Orberthür
Anciennes orgues Anneessens

Les grandes orgues de la cathédrale ont été construites en 1966 à la place d'un instrument dont les plus célèbres titulaires ont été Paul et Jacques BERTHIER, ainsi que le Docteur LAUBRY
Nouvelles orgues Oberthür

Chapelle Sainte-Catherine (XIVe siècle)


































  • Tableau : mise au tombeau (1ère moitié du XVIe siècle, peinture sur ardoise de Luca Penni, artiste florentin
  • Peinture murale évoquant le martyre de sainte Catherine
  • Vitrail : entre autres, saint Antoine (vers 1550), saint Martin partageant son manteau (vers 1600), saint Nicolas et sainte Marguerite (vers 1520), Ecce homo (XVIIe – XVIIIe siècles).

Composition des grandes orgues

Par Jean-Michel LASSAUGE
Photos de Florent DENIEUIL

L’orgue Oberthur est un orgue du 20ème siècle, tant par sa conception esthétique que technique. Il possède 50 jeux répartis sur 4 claviers de 61 notes et un pédalier de 32 notes.

L’orgue Oberthur est un orgue du 20ème siècle, tant par sa conception esthétique que technique. Il possède 50 jeux répartis sur 4 claviers de 61 notes et un pédalier de 32 notes.

La console est située à l’intérieur même de l’instrument
L’organiste a une vue sur la cathédrale grâce à 3 caméras (nef, croisée des transepts, chœur)
L’organiste dispose également de retours du son grâce à 4 micros placés en face de l’instrument

Les claviers, de bas en haut :
Grand Chœur, Grand-Orgue, Positif, Récit expressif

Ainsi l’interprète peut évoquer, grâce aux « jeux de fonds » généreux, au « grand chœur d’anches » et au « Récit symphonique » doté d’une boite expressive extrêmement efficace, tout le répertoire symphonique.

Les jeux d’anches, les trois Cornets le Cromorne et la Voix humaine nous permettent d’apprécier les joyaux de la musique française des 17ème, 18ème et post classiques, sans oublier les 19 rangs de plein-jeux qui, selon le choix judicieux que l’on peut en faire, servent aussi bien un « Grand Plein-jeu » de Guillaume Nivers, Nicolas de Grigny ou Louis Marchand.

Un jeu de Sesquialtera de taille étroite peut aussi s’ajouter aux « plenums », contribuant à la couleur baroque allemande pour interpréter Dietrich Buxtehude ou Jean-Sébastien Bach.

De multiples Flûtes et de chantants jeux de détails augmentent encore l’ouverture musicale de l’instrument où les œuvres contemporaines et l’art de l’improvisation ne sont pas en reste…

La pyramide sonore prend son assise sur des jeux de 32 pieds (les plus graves de l’orgue, Soubasse 32’ et Basson 32’) et monte jusqu’au jeu le plus aigu humainement audible qui est un Piccolo 1’, réel et complet.


Le « pied » est l’ancienne unité de mesure, toujours utilisée en facture d’orgue pour indiquer la hauteur du plus grand tuyau d’un « jeu » (une série de tuyaux sonnant avec le même timbre) donc la tessiture à laquelle sonne ce dernier.

Composition à jour au 24 juin 2020

Chapelle des évêques (XIVe siècle)





















  • Tableaux :
    • Saül (Paul) sur le chemin de Dama (1ère moitié du XVIIe siècle) : cf. Actes 9, v.3 à 9
  • Tableaux
    • saint Amâtre ordonnant (en tonsurant) saint Germain (dernier quart du XVIIIe siècle)


Chapelle de la Vierge (XIIIe siècle)
































  • Vitraux :
    • au fond :
      • à gauche, l’arbre de Jessé (vers 1225-1230, compléments modernes de 1879)
      • À partir du bas : du ventre de Jessé sort l’arbre généalogique, le roi David, la Vierge Marie, le Christ
    • au milieu : la vie de la Vierge (1879, dans le style du XIIIe siècle). De bas en haut :
      • Visitation,
      • Nativité,
      • la fuite en Égypte,
      • les noces ce Cana,
      • Crucifixion,
      • Pentecôte,
      • « Dormition » de Marie, l’Assomption de Marie, le Christ s’apprête à couronner sa mère
    • à droite : grisaille (vers 1230)
    • à gauche : la Vierge Marie et l’Enfant Jésus, avec donateur agenouillé (vers 1230), inscription SCA (sancta) MARIA
    • à droite : Saint Germain avec un donateur (vers 1230)
  • Statue de Notre-Dame-des-Vertus (XVIe siècle), jadis dans l’ancienne chapelle située dans la cour de la Maison Paroissiale (4, rue de Caylus), sur le côté droit de la cathédrale