Orgues : Aspects techniques

Par Jean-Michel LASSAUGE
Photos de Florent DENIEUIL et Jean-Michel LASSAUGE

Le rendu sonore est servi par une fine traction mécanique. L’orgue étant placé assez bas avec des plans sonores bien distincts, il a fait ainsi dire à certains interprètes qu’il est un des rares instruments de cathédrale sur lequel on peut jouer des sonates en trio de J. S. Bach avec l’exigence de toucher que cela requiert.

Voix humaine

Du point de vue technique, les mécanismes de transmission des notes présentent la particularité d’être constitués de matériaux modernes comme des dérivés d’aluminium et la fibre de carbone. Matériaux choisis pour leurs qualités et leurs faibles coefficients de dilatation et de frottement, garantissant une grande précision du toucher et une légèreté de jeu pour un tel orgue (4 claviers jouables accouplés). A l’époque ce fut le premier instrument à posséder des vergettes (fils de liaisons mécaniques) en fibre de carbone.

Afin de rendre les trajets mécaniques les plus directs possible, une contrainte c’est imposé au facteur d’orgue, celle de disposer la console des claviers parallèlement aux sommiers [1], le conduisant à placer cette dernière d’une façon quelque peu originale : à l’intérieur de l’orgue. Cependant pratique et confortablement réalisée, elle comporte un retour-son haute-fidélité réglable à volonté, qui permet d’entendre très bien l’instrument en plus de sa perception directe,  et un écran vidéo permet de voir l’espace Liturgique.

Boîte expressive

La partie électronique de l’instrument concerne le « combinateur » qui permet à l’organiste de mémoriser ses choix de couleurs sonores et leur changement rapide lors de l’interprétation des œuvres.

Depuis 1986, au travers des offices, des nombreux concerts, des enregistrements de disques par des interprètes français et internationaux, cet instrument à fait sonner un répertoire étendu et multiforme, depuis les estampies de 1325 jusqu’à des œuvres contemporaines dont certaines furent crées en ce lieu, voire composées pour cet instrument.


[1] Sommiers : Organe technique complexe qui distribue le vent sous chacun des milliers de tuyaux qui y sont disposés.


Ci-après diverses photos des « entrailles » de l’orgue, prises par Florent DENIEUIL ou Jean-Michel LASSAUGE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s